lundi 22 février 2016

Les deux témoins de l'Apocalypse comme agents d'intrication (partie 12)

Apocalypse 9 : 5  Il leur fut donné (aux sauterelles), non de les tuer, mais de les tourmenter pendant cinq mois ; et le tourment qu’elles causaient était comme le tourment que cause le scorpion, quand il pique un homme. 6  En ces jours-là, les hommes chercheront la mort, et ils ne la trouveront pas ; ils désireront mourir, et la mort fuira loin d’eux.

Là encore, dans ces deux versets, bien des choses sont dites et résumées en quelques images symboliques simples. La première et la plus importante, celle qu'on néglige, c'est qu'une autorité est donnée aux sauterelles, donc aux démons, par celui qui donna la clef du puits de l’abîme à Satan pour libérer les puissances des ténèbres sur la Terre entière. Que l'on ne s'y trompe pas, c'est bien Jésus, le Messie d'Israël, qui donne au diable le pouvoir de "tourmenter" les hommes. Et quand on dit "tourmenter" (basanismos), on est loin du compte, c'est de torture dont il faut parler, car la seule limite imposée est de ne pas tuer. Mais pour ce qui est de la souffrance, allez-y à fond, aux extrêmes limites de la supportabilité. Le terme basanismos est peu utilisé dans la Bible, mais ici on le retrouve avec ses variantes trois fois dans le même verset, ce qui souligne bien la volonté de celui qui donne le pouvoir de faire souffrir. On peut aussi comprendre ce terme, comme une mise à l’épreuve (des métaux) par une pierre de touche, pierre siliceuse utilisée pour la vérification de la pureté de l’or ou de l’argent par examen d’une rayure par cette pierre. Spirituellement on pourrait traduire la volonté du Seigneur ainsi: Je vais éprouver mon Eglise jusqu'au plus profond d'elle-même. Psaumes 66 : 10 Car, o Dieu! tu nous as éprouvé, tu nous as affiné comme on affine l'argent; 11  Tu nous as amené dans le filet, Tu as mis sur nos reins un pesant fardeau.

A votre avis, si Jésus libère les forces démoniaques en limitant l'exercice de leur pouvoir à la mort et à ceux qui portent la marque de Son nom sur le front, où vont-elles aller en priorité? Comme toutes les sauterelles, elles vont aller là où la nourriture est abondante, elles vont aller dans le champ de la moisson. Mais ces sauterelles particulières ne vont pas dévorer le champ, mais l'éprouver par la souffrance. Individuellement, chaque épi, chaque grain, sera attaqué et soumis à l'épreuve. Une épreuve totale au terme de laquelle on éprouvera la pureté de tout un chacun, comme on éprouve l'or par une pierre de touche. Au milieu du champ se tient le Messie le sceau de Son nom à la main. Car il n'est pas écrit qu'Il marque d'abord les élus, puis qu'Il lâche les sauterelles, pas du tout, car c'est l'inverse qui est écrit. L'erreur serait de mettre sur le même plan ce qui est écrit dans les chapitres sur les sceaux et ceux sur les trompettes. Les premiers décrivent ce qui se passe dans le ciel et les seconds sur la terre. Les images ne suivent donc pas un ordre chronologique, mais un ordre d'idée. Par conséquent, le Seigneur ne se donne pas un groupe de 144000 fidèles, puis envoie une terrible épreuve sur la moisson, mais c'est l'épreuve qui forme le groupe des 144000, nuance de taille.

On comprend dès lors, pourquoi Jésus interdit aux sauterelles de tuer les hommes, car cela reviendrait à anéantir son Eglise, ce qui n'est pas le but. Car le Seigneur recherche la repentance du pécheur, pas sa mort. Mais l'action des sauterelles va considérablement assombrir l'image du Christ dans le monde. Ce qui aura pour conséquence de faire reculer le christianisme. Il est clair que si vous êtes ébranlés dans votre foi, vous n'irez pas évangéliser les foules. Comparé à l'Israël antique, cette séquence apocalyptique pourrait être assimilée à la prise de Jérusalem et la destruction du temple pour les juifs, suivie d'un exode vers Babylone. Ce qui sort du puis de l'abîme, c'est donc également le royaume de Satan qui peut prendre le contrôle de toutes choses, dans toutes les strates de la société. La bête de l'apocalypse ne sort donc pas uniquement de la mer, mais de ses tréfonds les plus obscures, son abîme. Une des conséquences induites par la nuée de sauterelles sera la renaissance de Babylone. Ainsi, pendant le cycle où retentit le son de cinquième trompette, deux choses diamétralement opposées vont se mettre définitivement en place, l'Epouse pure représentée par les 144000 et son parfait opposé, Babylone la mère de toutes les prostituées.

Quand on lit cela, on peut se poser des questions sur le temps donné aux sauterelles pour agir. Le texte dit que les "tourments" dureront cinq mois. Ce qui représente un laps de temps extrêmement court. En fait il ne s'agit pas d'un temps effectif, mais d'un cycle propre au développement des sauterelles et là encore le détail cache beaucoup de choses. Pour comprendre, il faut étudier le cycle de vie de l'insecte. Celui dont on parle dans l'Apocalypse est le criquet. Solitaire, le criquet est un animal inoffensif qui passe souvent inaperçu. Mais il peut aussi constituer un fléau, quand il pullule et s'abat sur les récoltes, dévastant tout sur son passage. C'est le cas de certaines espèces africaines, comme le criquet pèlerin, qui se regroupe en essaims comptant plusieurs millions d'insectes et pouvant parcourir des milliers de kilomètres. Le criquet pèlerin n'est pas un insecte comme les autres : il peut vivre aussi bien solitaire qu'en groupe, et change de morphologie selon l'un ou l'autre de ces comportements. Solitaire, il est parfaitement discret et passe le plus souvent inaperçu, puisqu'il ne chante pas, à la différence d'autres espèces. Mais, que les conditions deviennent favorables (pluviosité, abondance de la nourriture) et que le nombre de ses congénères dépasse le seuil d'environ 500 adultes ailés à l'hectare, aussitôt le criquet pèlerin adapte sa physiologie, sa morphologie et son comportement à la vie grégaire. La transformation est réversible et suppose une phase intermédiaire, dite transiens. Mais, en deux ou trois mois, l'insecte, jusque-là inoffensif, peut devenir, par le fait du nombre, un redoutable ravageur. Dès qu'il trouve un milieu propice, même temporaire, à sa reproduction, il commence à pulluler. Les larves, encore dépourvues d'ailes, se déplacent en bandes grouillantes sur le sol. Puis, les adultes se regroupent en de gigantesques essaims. Lorsqu'ils volent en essaims, les criquets pèlerins peuvent être si nombreux qu'ils forment d'impressionnants nuages qui obscurcissent le ciel. Cet insecte vit de trois à cinq mois et son cycle biologique comporte plusieurs stades. Six stades en temps normal et un septième quand il devient grégaire.

Dans l'Apocalypse les cinq mois représentent donc un développement complet du criquet en sept étapes. Comme il s'agit d'une métaphore biblique, le temps lié au cycle de l'insecte ne correspond en rien à celui du temps correspondant à celui de la cinquième trompette. Mais cela implique un développement massif dans notre société moderne de l'influence des démons. Ils ne se contenteront pas de grouiller en grand nombre sur le sol, ils viseront l'élévation. Avançant comme un rouleau ils ravageront tout. Les insectes du front descendent vers le sol et ne reprennent leur envol que lorsqu'ils sont rattrapés par ceux de la queue. Au fil du temps ils prendront de la force et s'élèveront dans la société, jusqu'à obscurcir le Soleil. Les premiers stades larvaires de développement pourraient concerner le champ d'activité terrestre comme l'économie, l'information ou la politique. Puis le développement se poursuivra dans le domaine social et familial. Enfin au stade ultime, le mal s'élèvera et envahira la sphère spirituelle en prenant le contrôle de toutes les religions. Le cycle complet sera alors achevé et on passera à la trompette suivante.

Le changement de société va être cruel pour ceux qui gardent la foi en Jésus Christ, car les structures religieuses judéo-chrétiennes ne sont plus en mesure de contenir le mal, le champ de la moisson céleste est ouvert. Dans des conditions normales, une organisation religieuse portée par l'Esprit Saint est un avantage et une bonne protection contre l'influence des démons. Mais quand ces mêmes dénominations religieuses se fondent dans le monde, alors l'Esprit se retire et toutes les barrières tombent. Dans ce sens, les grands groupes comme les catholiques ou les megachurches évangéliques sont une véritable aubaine pour le diable, car ils rassemblent en un même lieu un grand nombre de personnes. Le champ est donc vaste et les angles d'attaques si nombreux que l'ennemi peut venir d'un horizon ouvert à 360°.

Cependant l'attaque massive viendra d'en-haut, du ciel, car c'est Jésus Lui-même qui libère les forces du mal. Imaginez la scène suivante: depuis longtemps votre famille vivote doucement sa vie chrétienne dans son Eglise. Comme un épi de blé céleste qui s'élève dans le champ de la moisson divine. D'ailleurs Jésus n'avait-il pas semé Sa parole dans le monde pour la faire croître et multiplier? Vous êtes donc devenus le fruit de cette parole biblique qui a doucement germé, puis poussé pour former l'épi familial portant les grains mûrs pour la moisson. Inondé par la lumière du Christ, au soleil du midi l'air est chaud, mais la brise légère de l'Esprit Saint vous berce doucement, la vie est belle et on somnole dans la quiétude du jour.  Mais brusquement le vent s'arrête de souffler. Plus de brise légère, la chaleur augmente alors jusqu'à devenir étouffante, l'atmosphère devient lourde et pesante. Au-dessus du champ mûr pour la moisson, l'air surchauffé vibre et les épis crépitent, la bale sèche se déchire sous la pression des grains bien formés.

Puis soudainement le ciel s'obscurcit, et le soleil disparaît derrière une nuée. Le ciel devient toujours plus noir et il fait nuit en plein jour. A la chaleur accablante se mêle l'inquiétude, que se passe-t-il? A l'atmosphère lourde s'ajoute alors le silence et le temps semble figé. Puis, d'abord lointain, un bruissement indescriptible semble venir du ciel, un bruit qui enfle pour devenir assourdissant, un bruit provoqué par les millions d'ailes de sauterelles qui s'abattent sur votre champ. L'inquiétude fait alors place à l'angoisse et un profond tourment vous gagne. Par grappes compactes, les plantes sont prises d'assaut et couvertes d'insectes de la racine aux épis. Les tiges ploient sous le nombre et chaque grain devient la cible d'un insecte. Le champ de la moisson entre dans l'épreuve…

Où est le maître de la moisson? Où sont le Christ et sa lumière? Où vais-je trouver la paix dans tous mes tourments? Je fléchis et je ploie sous le nombre, ma tige va-t-elle se briser? Mon épi va-t-il se disloquer et ses grains se répandre au sol pour être dévoré? Que m'arrive-t-il et qu'arrive-t-il aux autres? Je suis seul et ne vois plus que l'horrible sauterelle qui avance inexorablement vers moi. Je sens la douleur de sa morsure, le venin de son mal qui m'envahit. Je vois la mort, je la sens et la goûte dans toute son amertume, pourtant elle ne vient pas et je vis toujours. Je pousse un cri dans mon agonie, Seigneur pourquoi m-as-tu abandonné?

Puis doucement la tige se redresse, la charge se relâche, car une à une, les sauterelles ayant achevé leur œuvre s'élèvent à nouveau pour attaquer une autre plante. Bientôt la tige libérée se redresse et l'épi réapparaît. Il a bien perdu de sa superbe et de nombreux grains sont tombés à terre, ils sont perdus pour la moisson. Du malheureux épi peu de grains sont restés à leur place et désormais on peut même les compter. Autour de moi la situation n'est pas meilleure et même parfois pire encore, car le champ est ravagé et des sections entières sont à terre. Cependant, bien que le ciel soit encore couvert par la nuée d'insectes, quelques rayons de soleil parviennent désormais jusqu'à nous et au loin je distingue le maître de la moisson, il a un sceau à la main et s'avance résolument vers moi.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire